Qui sont les héritiers légaux de l’assurance-vie ?

Répartition de l’indemnisation entre les bénéficiaires des polices d’assurance vie : qui sont les héritiers légitimes d’une police d’assurance vie ?

Dans le cas où un contractant de police d’assurance vie a désigné ses « héritiers » comme bénéficiaires, comment l’indemnité d’assurance est-elle répartie entre eux une fois le décès survenu ? La Cour suprême de cassation des sections unies a récemment traité. Les juges suprêmes, malgré un contraste interprétatif, ont dû identifier laquelle, parmi les solutions suivantes, était préférable. Selon certains, la police devrait être divisée en fonction des parts de l’héritage dues à chaque héritier ; selon d’autres, cependant, elle devrait être poursuivie pour des parts égales, en l’absence d’une autre détermination de la part du contractant. À ces incertitudes, l’arrêt en commentaire a apporté une solution définitive. C’est ainsi que l’assurance vie est répartie entre les héritiers .

A découvrir également : Comment écrire un exemple de texte argumentatif ?

Qui est le contractant d’une assurance vie ?

Le contractant est celui qui conclut le contrat avec l’assurance, qui paie ensuite la prime et qui désigne le bénéficiaire de la police elle-même, un bénéficiaire qui pourrait être lui-même ou ses héritiers.

Qui désigne les bénéficiaires de l’assurance vie ?

C’est l’entrepreneur qui désigne les bénéficiaires de l’assurance vie. Il le fait lorsque la stratégie est signée ou même ultérieurement, avec la même volonté.

A découvrir également : Comment fêter son 25e anniversaire ?

Qui sont les héritiers légitimes d’une police d’assurance-vie ?

Les héritiers légitimes sont ceux qui, en l’absence de testament, sont identifiés par la loi (plus précisément par le Code civil) comme ayant le droit de réussir dans la succession du défunt. Les parts dues à chacun d’entre eux varient en fonction du nombre d’héritiers et du degré de parenté.

En particulier, on parle de « succession légitime » lorsque le défunt n’a pas a fait un testament. En succession légitime , voici qui est l’héritage :

  • au conjoint ;
  • aux descendants (enfants) ;
  • ascendants (parents) et collatéraux (frères, sœurs et cousins) ;
  • à d’autres membres de la famille dans une moindre mesure ;
  • à l’État.

La présence du conjoint et des enfants exclut tous les autres membres de la famille du partage de l’héritage.

Très souvent, le contractant d’une police d’assurance-vie désigne les héritiers légitimes comme bénéficiaires, sans indiquer leur nom et surtout sans préciser les parts qui leur sont attribuées. D’où le problème, abordé par les sections unies, sur la répartition des indemnités d’assurance entre elles. Nous en reparlerons dans le paragraphe suivant.

Lire aussi « L’assurance-vie est-elle partagée entre les héritiers ? ».

Comment répartissez-vous l’assurance-vie entre les héritiers ?

Selon les United Sections, la désignation générique des « héritiers » comme les bénéficiaires d’un contrat d’assurance-vie, en l’absence d’une volonté différente et sans équivoque du preneur d’assurance, n’implique pas la répartition de l’indemnité entre les ayants droit en fonction des proportions de l’héritage, mais chacun d’eux a une part égale de l’assurance indemnisation.

Par conséquent, en termes plus simples, en présence de plusieurs héritiers légitimes, tous désignés comme bénéficiaires d’assurance-vie, la compensation d’assurance est distribuée en parts égales, bien que ces héritiers contribuent à différents pourcentages au partage de l’héritage du défunt .

Que se passe-t-il si l’un des bénéficiaires de l’assurance vie décède plus tôt ?

Lorsque l’un des bénéficiaires d’un contrat d’assurance-vie porte préjudice au preneur d’assurance, la prestation, si la prestation n’a pas été révoquée ou si le contractant n’a pas ordonné autrement, elle doit : être exécuté en faveur des héritiers des morts-vivants proportionnellement à la part qui aurait été due à ces derniers.

ARTICLES LIÉS